paris sportifs en ligne gratuit oddslot pronostics detailles gratuits par les experts

GPSO : un chef de file naturel de l’économie du territoire

Denis LargheroDenis Larghero, vice-président de Grand Paris Seine Ouest et maire de Meudon a en charge la développement économique et numérique du territoire. Dans un long entretien, riche d’enseignements il nous explique son rôle et ses actions, les défis de demain pour les PME et ses relations avec notre club.

Pouvez-vous nous expliquer dans les grandes lignes votre rôle de Vice-président chargé du développement économique et du numérique au sein de la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest ?

Denis Larghero : La loi NOTRe renforce le rôle des intercommunalités en matière de développement économique en imposant le transfert intégral des compétences économiques et des moyens afférents à l’intercommunalité qui s’affirment ainsi en interlocuteurs directs des régions. La nouvelle donne institutionnelle, confirmant la Région dans son rôle d’élaboration et de mise en œuvre de la stratégie économique en appui de la Métropole, positionne GPSO comme chef de file « naturel » des enjeux économiques du territoire. La fin de la compétence économique du Conseil départemental vient appuyer ce positionnement.

GPSO devient le référent pour l’animation économique des acteurs et opérateurs du territoire dont il porte les enjeux au niveau de la Région et de l’État. Il a un rôle clé dans l’animation des comités de pilotage des bassins d’emploi, avec la Région et l’Etat et organise les complémentarités entre les opérateurs existants du territoire (Chambres consulaires, agences, structures associatives, service public de l’emploi…). Il est bien placé pour porter la stratégie de développement économique territorial car il est l’émanation des villes et non une entité qui imposerait un schéma de développement.

L’établissement pense son intervention en valeur ajoutée à celles des villes et se positionne comme un outil d’ingénierie et d’appui opérationnel. Son action se situe au service des besoins et des projets de développement des villes et des acteurs économiques du territoire ainsi qu’au service du projet de territoire. A travers son CDT, GPSO développe un projet stratégique de développement durable dont l’un des piliers est la ville numérique en s’appuyant sur les technologies numériques pour accélérer de développement économique et la création d’emploi et en mettant les technologies numériques au service du mieux vivre. Le territoire est compétent pour l’aménagement du territoire via les ZAC et ZAE notamment, il est avec les villes celui qui produit de l’immobilier d’entreprise et du foncier économique. Il est bien placé pour contribuer à favoriser l’environnement nécessaire aux acteurs économiques en prenant en compte leurs besoins et en actionnant les bons leviers institutionnels : contribuer à la réussite des grands projets de transport (GPE, Tramway…), de services urbains indispensables (compétence eau, assainissement, déchets…) et de services aux salariés.  Il est à même d’articuler le développement économique avec les enjeux de formation et d’emploi sur son territoire (Grand Paris Express, implantations d’entreprises…) en veillant au juste retour des investissements réalisés.

GPSO est la bonne porte d’entrée pour accompagner les entreprises souhaitant se développer : recherche de locaux, mise en relation avec des acteurs de la recherche et de l’innovation, recherche de financements, appui à la gestion des RH… « Être leur interlocuteur en proximité ». Il est identifié par les opérateurs de référence (Choose Paris région, CDC, BPI, Direccte…) pour mettre en œuvre les politiques régionales et nationales et pour que les atouts et projets de tous les acteurs économiques soient valorisés et portés à la bonne échelle afin d’accroitre l’attractivité du territoire. C’est ainsi que se met en place actuellement le bassin d’emploi T3 en lien étroit avec la Région et l’Etat autour de 4 axes de travail : attractivité internationale du territoire, renforcement de l’accès des entreprises aux aides régionales, facilitation des recrutements des employeurs dans les secteurs/métiers en tension et soutien à l’employabilité des demandeurs d’emploi séniors.

 

Quels sont les défis majeurs à relever pour les TPE et PME du territoire et l’aide que vous pouvez leur apporter ?

D.L. : Gérer une TPE-PME est un défi de tous les jours : répondre aux attentes du marché, rester compétitifs, adapter ses coûts, innover, impliquer les collaborateurs, est une gageure quotidienne.

Le premier défi est de recruter et retenir les talents

Qui dit croissance, dit également croissance de l’effectif. Sur un marché concurrentiel, il est parfois difficile de recruter et de se faire une place en tant que recruteur, a fortiori auprès d’une nouvelle génération plus volatile, plus connectée et adepte d’espaces de travail adoptant les codes de la maison. Certaines PME connaissent également un taux de « turnover » élevé, ce qui provoque une déperdition d’expérience ; d’où, l’intérêt de penser et promouvoir sa marque employeur. Quand on recrute, il est essentiel de s’intéresser à la façon dont on va donner envie à ces talents de rester au sein de l’entreprise, leur donner des conditions de travail satisfaisantes et flexibles, et des possibilités de développement (télétravail, programmes de formation, mentoring…). Le bien-être étant de plus en plus au cœur des préoccupations des salariés, il est important de repenser les organisations, méthodes, lieux de travail et culture d’entreprise pour s’adapter. Le choix des bureaux et de l’environnement de travail (transports, bars et restaurants) n’est plus un sujet anodin, mais bien un investissement pour garder ses collaborateurs et attirer de futurs talents.

Le second défi est d’améliorer l’expérience client

Au cœur de l’activité se trouve le client. Pour le fidéliser, il faut une réponse rapide, personnalisée, qualifiée, quel que soit le support via lequel il prend contact, que ce soit en magasin, sur le site web ou via les réseaux sociaux. Grâce aux outils d’interactivité et de connaissance du client, il est aujourd’hui possible de lui faire vivre une expérience client de plus en plus personnalisée.

Plus de 80% des internautes font une recherche avant d’acheter, et pourtant 45% des TPE/PME n’ont toujours pas de site internet : c’est un énorme manque à gagner car ces entreprises demeurent invisibles pour une grande partie de leur clientèle potentielle. Or, seules 11% utilisent des outils numériques au quotidien avec des initiatives dispersées, moins de 5% de l’activité des TPE/PME est issue du digital. Pour beaucoup de dirigeants, la digitalisation de leur entreprise se résume à de la présence en ligne. Cette immaturité numérique touche particulièrement les petites structures qui ont peur du changement et un manque de moyens pour financer la transition numérique.

Le troisième défi est de sécuriser l’activité

Au cours des derniers mois, 42% des PME ont subi au moins un incident ayant affecté la sécurité des données. Parmi celles qui n’ont pas subi d’attaque, 33% pensent qu’une entreprise est suffisamment protégée, 25% pensent plutôt que leur entreprise n’est pas attrayante. Seulement 38% savent que dans l’entreprise, certaines données et informations critiques nécessitent une protection accrue. 4 entreprises sur 10 de moins de 50 salariés ont déjà subi une ou plusieurs attaques informatiques. Le cyber-risque est d’autant plus au cœur des discussions avec l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données (RGPD) ; tant et si bien que la sécurité et l’assurance contre les attaques doivent être l’une des nouvelles priorités des dirigeants.

Les cyberattaques représentent un coût important pour toutes les entreprises victimes : selon le Medef, 20 % des TPE concernées ont subi un préjudice supérieur à 50 000 € ; pour 13 % d’entre elles, il s’envole même au-delà de 100 000 €. Maintenant que les grands groupes sont plus ou moins protégés, les actes de piratage atteignent leurs sous-traitants, leurs fournisseurs. A l’heure où les cyberattaques sont de plus en plus nombreuses, il est important de s’en prémunir. Celles-ci peuvent coûter cher aux TPE-PME : interruption momentanée de l’activité, révélation d’informations confidentielles, destruction du matériel informatique, vol de la propriété intellectuelle… De nombreux outils technologiques permettent de sécuriser les réseaux, les messageries, les accès à Internet.  Avant de les mettre en place, il faut tout repenser les processus de sécurité et sensibiliser les équipes. Sécuriser ses données et son environnement de travail sécurisé, c’est pérenniser l’activité.

Une Agence économique au service des entreprises du territoire pour aider les entreprises

Parce que les territoires sont en concurrence les uns avec les autres, parce que Grand Paris Seine Ouest doit marquer son identité et affirmer son leadership, parce que la nouvelle économie accélère les mutations comme jamais auparavant, parce que les entreprises ont besoin d’un interlocuteur de proximité qui comprenne leurs besoins, dans un contexte fluctuant aux enjeux multiples, et parce que tous les projets, petits et grands, sont dignes d’intérêt, nous avons créé l’Agence Economique.

Seine Ouest Entreprise propose une offre de services complète : conseil et aide à l’implantation et recherche de locaux ; recrutement de profils généralistes et IT ; recherche de financements publics ; animations d’ateliers RH (Loi Pacte, RGPD, réseaux sociaux, management, intéressement, plan de formation, l’entretien professionnel, rupture du contrat de travail, développement du leadership…) et organisation d’événements thématiques à destination des entreprises (financement, design thinking, marque employeur, Cybersécurité…). Orienté spécifiquement profils IT, le Pôle de Compétence Numérique créé par SOE est un outil de gestion territoriale des emplois et des compétences dont la finalité est d’anticiper les mutations économiques et l’évolution des métiers et besoins de compétences. Cette plateforme met à votre disposition un job board vous aidant à trouver vos futurs talents. En parallèle, plusieurs job dating sont organisés, en partenariat avec des écoles du numérique. L’Agence organise également des ateliers consacrés aux problématiques RH/formation des entreprises comptant moins de 50 salariés, de même que des vidéos offrant à l’entreprise la possibilité de communiquer sur sa marque employeur. La mission d’aide à l’implantation conseille l’entreprise dans son projet immobilier sur la base d’un cahier des charges et la renseigne quant aux différents leviers susceptibles d’être actionnés dans le cadre d’une négociation immobilière. L’intérêt pour l’entreprise est multiple : connaissance du territoire, gratuité du service, présélection des offres, fiabilité des informations, confidentialité des échanges, un seul interlocuteur sur GPSO.

Sur la partie financement, Seine Ouest Entreprise accompagne individuellement depuis 2015 les start-up et les PME dans leurs recherches de financements publics car tout au long de la vie d’une société, différents types de financements peuvent s’activer qu’il est bon de connaître. Face à des conditions d’éligibilité souvent jugées inaccessibles, complexes et chronophages, l’objectif est d’accompagner les chefs d’entreprise dans leurs démarches d’obtention des aides fiscales en vigueur (Crédit d’Impôt Recherche, JEI, Crédit d’impôt d’innovation, aides, subventions européennes, appels d’offres), flécher le parcours, avec une mention spéciale sur les projets innovants.

 

Comment envisagez-vous les relations avec les clubs d’entrepreneurs et notamment le Challenger Club ?

Il n’y a pas actuellement de stratégie définie en matière de relations avec les clubs d’entrepreneurs. Historiquement, le Boss Club a été le premier sur GPSO puis de nouveaux réseaux se sont développés ces dernières années mais de façon plus ou moins informelle et avec des tailles, périmètres géographiques et actions différentes et complémentaires, dont Meudon Valley et le Challenger Club. Je vais réunir les président(e)s de ces Clubs pour réfléchir à une stratégie et des actions communes. GPSO reste bien évidemment ouvert à toute coopération avec les clubs dont les entreprises sont basées sur le territoire.  Nos relations sont à construire car la Région n’a pas mis en place le dispositif prévu pour les clubs d’entrepreneurs.

 

Pensez à partager :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn